Publié le : 16 décembre 20237 mins de lecture

Si vous envisagez d’acheter une voiture dans un futur proche, mais que vous ne disposez pas encore des fonds ou que vous hésitez sur le modèle, vous en viendrez certainement à vous demander qu’est-ce que la LOA. Ce principe de location longue durée avec possibilité d’acheter le véhicule à l’issue du contrat comporte certains avantages. Pour autant, il ne convient pas à toutes les situations. Décryptons ensemble les atouts et les limites de la LOA.

La LOA et ses avantages pour l’emprunteur du véhicule

Si l’on compare la location avec option d’achat à d’autres modes de financement comme le crédit auto classique, il apparait clair que la LOA s’accompagne de paiements mensuels plus intéressants pour les budgets serrés. L’emprunteur a la possibilité de louer une voiture parmi des modèles récents et bien équipés, tout en réglant des mensualités plus abordables que pour un prêt traditionnel d’achat de voiture.

Nul doute que la flexibilité de la LOA séduit les personnes qui n’ont pas envie ou qui ne peuvent pas s’engager dans l’achat définitif d’un véhicule sur l’instant. Ce peut être pour des raisons financières, mais aussi par envie de tester plusieurs modèles de voitures avant de se décider, ou parce que le rythme de vie fait que les besoins risquent de changer au cours des années à venir. La souplesse de la location avec option d’achat n’empêche pas de se projeter dans l’achat définitif du véhicule, c’est même l’un de ses autres avantages mentionnés sur particuliers.sg.fr. Contrairement à la location classique de voiture, la LOA prend en compte les loyers versés pour les soustraire au prix final du véhicule, généralement inférieur à celui du marché. Après 2, 3 ou 5 ans de location, l’emprunteur peut donc décider d’investir dans la voiture à un prix très intéressant.

Pour ceux qui sont freinés par le fait de posséder une voiture, de devoir assurer les frais d’entretien sur le long terme et de la voir perdre de sa valeur, la LOA permet de disposer d’un véhicule moderne avec toutes les commodités requises sans ces inconvénients. Certes, l’emprunteur reste garant des petits gestes d’entretien du véhicule, mais il peut choisir de le rendre à l’issue du contrat, ou de le troquer pour un autre modèle plus récent, plus spacieux ou plus économique.

Quelles sont les limites de la LOA ?

Malgré sa grande souplesse, la location avec option d’achat ne convient pas à tout le monde. Ses particularités sont aussi ses faiblesses. Par exemple, le coût total du contrat est généralement plus onéreux que l’achat d’un véhicule de façon classique, car il comprend des intérêts calculés en fonction de la durée de la location et du type de voiture choisi. L’agence de location est aussi susceptible d’inclure d’autres frais à la location pour la constitution du dossier ou la remise en état du véhicule si nécessaire lors de sa restitution.

Avant de se lancer, il faut bien comprendre qu’est-ce que la LOA et les restrictions qu’elle peut appliquer à l’usage du véhicule. L’emprunteur dispose d’un certain kilométrage autorisé par an qui, s’il est dépassé, s’accompagnera de frais supplémentaires. En cas d’usage intensif, le recours à la LOA n’est pas spécialement recommandé. De plus, le contrat de location avec option d’achat inclut des responsabilités et engagements de la part de l’emprunteur tels que de faire vérifier le véhicule au garage pour toutes les réparations courantes. En cas d’usure prématurée, là encore, des frais peuvent être appliqués à l’issue du contrat. Pour ceux qui ne veulent pas s’occuper de l’entretien du véhicule, la location classique sur une plus courte durée pourrait s’avérer plus intéressante.

Enfin, et bien que cela dépende des profils d’emprunteurs et des agences, il peut être difficile de changer de véhicule en cours de location. Un couple qui s’engage pour une LOA de 5 ans et qui accueille un bébé durant ce laps de temps pourra vouloir une voiture plus spacieuse ou plus adaptée. Les négociations sont possibles, mais pas toujours évidentes, et dépendent de multiples facteurs comme la disponibilité des véhicules à l’instant souhaité ou la différence de tarif entre les deux modèles.

Comment prendre sa décision en tant qu’emprunteur ?

Vous avez du mal à vous décider et à peser les différents arguments pour et contre la LOA ? Avant de vous intéresser à la question qu’est-ce que la LOA, partez de votre propre situation. Quel usage ferez-vous du véhicule ? Avez-vous besoin d’une voiture récente ou d’un modèle précis ? Le design, les options, les couleurs comptent-ils pour vous ? Au niveau de votre budget, combien pouvez-vous avancer pour la location ou l’achat de la voiture ? Envisagez-vous sérieusement d’acheter le véhicule à l’issue du contrat ? Prévoyez-vous des changements dans votre vie qui pourraient induire un choix différent de voiture ?

Parmi les autres possibilités de financement, le crédit auto classique offrira davantage de liberté en termes d’utilisation du véhicule, mais également par rapport aux ajouts que vous pourrez faire (pneus hiver, housses de siège, peinture différente, etc.). Cependant, l’achat d’une voiture s’accompagne de mensualités élevées. Vous devrez aussi songer à la revente lorsque vos besoins évolueront, avec une baisse inéluctable de la valeur de votre bien.

La LOA reste intéressante pour des périodes de location de quelques années maximum. Au-delà, elle devient trop onéreuse par rapport à un prêt classique. En comparaison avec une location sans option d’achat, la LOA est aussi plus chère. Si vous n’avez pas l’intention d’acheter le véhicule ou que vous voulez changer de voiture régulièrement pour garder un modèle récent et en parfait état, vous préfèrerez sans doute des options de location sur de courtes durées, avec des frais mensuels inférieurs.

Vous n’aimez pas être restreint dans vos déplacements et dans vos façons d’utiliser ou de maintenir votre véhicule ? Alors, la LOA ne vous correspond sans doute pas. Même si elle s’accompagne d’une option d’achat et constitue à ce titre un véritable prêt, elle ne vous laisse pas maître du véhicule tant que vous n’avez pas réglé la dernière échéance. Des dommages causés en dehors d’une usure habituelle vous seront facturés au prix fort.